la technique nous sauve-t-elle ?

Des arts dérobés aux dieux de l’Olympe par Prométhée aux biotechnologies actuelles, l’espoir placé dans la technique a toujours été assorti de sérieuses mises en garde. Quelle responsabilité échoit en effet à l’homme dans l’usage qu’il fait de la technique ? En 1945, dans la France contre les robots, Georges Bernanos nous alertait :

« Le danger n’est pas dans les machines, sinon nous devrions faire ce rêve absurde de les détruire par la force, à la manière des iconoclastes qui, en brisant les images, se flattaient d’anéantir aussi les croyances. Le danger n’est pas dans la multiplication des machines, mais dans le nombre sans cesse croissant d’hommes habitués, dès leur enfance, à ne désirer que ce que les machines peuvent donner« .
Nous interrogerons encore sur ce que révèlent la miniaturisation et l’intégration des fonctions dans les techniques de pointe en évoquant la philosophie de Gilbert Simondon. A l’heure des articles de presse et des reportages TV sur le « transhumanisme » ou « l’homme augmenté », toute réflexion sur la technique constitue une réflexion sur l’homme et la place qu’il occupe dans la nature ou le monde.
hommequivalait 3 milliards        simondon couverture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *